top of page
  • Writer's pictureYppiqueTrot

Théo Briand passe professionnel !

En à peine plus d'un an de compétition, Théo Briand comptabilise déjà plus de 50 victoires. Ce mercredi 22 novembre, Théo s'est imposé avec Kolibri pour signer sa cinquantième victoire. Il n'aura pas fallu longtemps pour que le fils de Yannick Alain s'impose pour la première fois en tant que "pro" car seulement deux courses plus tard, le jeune pilote signe son 51ème succès grâce à Javanaise Turgot.


Théo revient avec nous sur son passage chez les professionnels.



Théo Briand lors de son 50ème succès au sulky de Kolibri. Via Agence Couleur Casaques.



<<


YppiqueTrot : Lorsque tu as commencé à driver, il y a eu la fameuse histoire avec tes parents. N’était-ce pas dur à gérer pour un jeune adolescent ?


Théo Briand : Au début, ça l’était. Le premier mois a été dur, c’était compliqué. A ce moment là, j’étais en cours mais je devais aussi aller à l’écurie car mes parents n’avaient plus le droit d’y aller. Par la suite, ça m’a donné de la force et l’envie de me battre pour eux. J’ai essayé de garder la tête haute.


YT : Cinquante victoires en à peine plus d’un an, aurais-tu cru à cela un jour ?


TB : Vraiment pas ! Je ne pensais pas qu’autant de personnes me feraient confiance. Je remercie toutes les personnes qui ont contribué à cela. En plus, j’ai eu beaucoup de mises à pied et je ne cours qu’attelé, donc non je n’y aurais jamais cru.


YT : La victoire qui t’as procuré le plus d’émotion ?


TB : C’est dur à dire, il y en a plusieurs. Je détacherai celle avec Fakir du Ranch dans le Médusa mais la première c’était pour ma copine et ça reste la première. Quand je gagne avec Javanaise Turgot « PMU » pour les couleurs de mon père était aussi un moment incroyable. Les deux victoires dans les coupes hier avec Javanaise à nouveau et Kolibri étaient aussi deux bons moments.


YT : Est-ce qu’on te verra plus à Vincennes ou vas-tu rester dans le sud ?


TB : On va déjà essayer de faire au mieux dans le sud. A Vincennes, il y a un bon cercle de drivers. Je pense que je suis encore trop jeune pour y rentrer. Depuis peu, je travaille avec Enzo Bodineau. On verra ce que ça va donner.


YT : Quelles sont tes objectifs à long terme ?


TB : Évidemment, j’aimerai prendre la suite de mon père. J’aimerai devenir un grand entraîneur, un grand driver et pourquoi pas gagner le Prix d’Amérique un jour (rires). Dimanche, je vais courir mon premier Groupe III à Salon de Provence.


>>

Comments


bottom of page